[ ✍🏼 ] - La fabuleuse histoire d'une dépression !

Mis à jour : mars 20


Ayant moi-même traversé un épisode dépressif suite à un burn-out, je peux vous parler ouvertement de cette expérience qui fut une des plus douloureuses de ma jeune existence mais qui fut aussi mon salut et la solution salvatrice que mon corps a mis en place pour me sauver.


Car oui, une dépression / un burn-out, c'est avant tout un sauvetage que le corps met en place pour vous obliger à ne pas aller plus loin. Ne pas vous enfoncer plus dans une vie qui n'est pas la vôtre, qui ne vous correspond pas, que vous ne pouvez plus supporter. Le corps a un objectif simple, unanime, efficace et complexe : vous faire vivre et donc avancer. Le corps vous donne des alertes mais vous ne les entendez, voyez et sentez pas. Alors il s'accroche. Jusqu'au jour où il ne peut plus et c'est là que le burn-in puis le burn-out arrive.


Je vais ici vous présenter plusieurs éléments de compréhension de l'installation de cette maladie, vous raconter mon vécu et surtout vous proposer une vision positive de celle-ci ainsi que quelques conseils à mettre en place !


• Du point de vue de l'évolution •

• Avant, quand le chasseur cueilleur était attaqué son corps se préparait à fuir mais aussi à se réparer après l'attaque. La fuite c'est : le coeur qui bat la chamade, l'adrénaline, cette sensation d'être en alerte. La réparation c'est : un système immunitaire qui se mobilise en cas de blessure et une obligation de repos après coup.


• Aujourd'hui, nous ne sommes plus pourchassés par un lion, fort heureusement, mais nous sommes sans cesse en alerte. Celle-ci est d'un autre registre, elle est plus sournoise et silencieuse. Elle n'est pas "visible" surtout dans les pays développés tels que la France. En effet, même s'il ne faut pas faire de généralités, la plupart de la population n'a plus à se soucier d'avoir un toit sur la tête, à chercher à manger ou trouver des habits qui tiennent chauds. Les besoins physiologiques et de sécurité, dans la pyramide de Maslow, sont "comblés".


• Les trois derniers besoins qui sont : l'appartenance, l'estime et l'accomplissement, sont aujourd'hui ceux qui entrainent chez les individus des problématiques essentielles. Perturbant le développement, la réalisation et l'acceptation de soi qui sont, bien entendu, différents pour tout le monde. Sur 7,55 milliards d'individus, il y a 7,55 milliards minimum d'aspirations personnelles différentes.


• Du stress de survie au stress sociologique •

De nos jours le stress est permanent et constant. Pour ne vous citer que quelques exemples :


  • soucis excessifs de ce que votre entourage pense de vous,

  • penser que vous allez à l'encontre des attentes de votre famille, votre conjoint, vos amies et parfois vous-même,

  • vouloir se montrer sous son meilleur jour au travail et tout accepter pour justement être accepté et valorisé,

  • ne pas s'autoriser une soirée, un weekend de repos et répondre toujours positivement à toutes les propositions sociales (sorties, voyages, ...),

  • vouloir être comme tout le monde, se fondre dans la masse et donc ne pas dévoiler qui nous sommes vraiment et donc ne pas être soi,

  • vivre une deuxième journée avec les enfants après le travail,

  • avoir la sensation de devoir être parfait tout le temps : être écolo, être un bon parent, être un ami parfait, être à la mode, bien manger, faire du sport etc ...

  • ne pas arriver à se détacher de comportements qui nous polluent,

  • ne pas arriver à se détacher de personnes toxiques,

  • vivre un harcèlement physique / moral personnel ou professionnel,

  • travailler dans des conditions de travail difficile,

  • et par dessus tout, ne pas suivre ses intuitions, ne pas avoir confiance en soi et s'aimer tel que nous sommes.


Tout cela, et ce n'est qu'un échantillon, entraîne une pression constante qui épuise le corps et l'esprit.

Le corps, vous lancera des alertes : fatigue, énervement, crise d'angoisse, malaise, maladies chroniques ...

L'esprit, se détériorera : baisse de confiance en soi, prise de recul et d'objectivité difficile, intolérance vis à vis de soi et des autres et un désamour pour soi-même.


• L'exemple par le vécu personnel •

En 2016, mon père est décédé après 2 années de lutte contre un cancer agressif. À son décès, j'ai eu l'impression de prendre 10 ans dans les dents, coucou la dureté de la vie. Les années suivantes ont été un vrai combat, j'étais sur tous les fronts.

J'étais très présente pour ma mère, je sortais énormément, je multipliais les projets et m'éparpillais, je rencontrais mon copain, je trouvais du travail. Bref TOUS les aspects de ma vie étaient en mouvement sans parler que je n'ai pas pris le temps de me reposer et de faire mon deuil.

C'est important, je n'ai pas pris le temps de le faire, d'être triste, d'être en colère, d'accepter. J'ai comblé le vide en m'occupant de ma mère, en retapant un appartement, en sortant plus que de raisons, en m'engageant à fond dans une relation, en voyageant et en m'impliquant corps et âme dans un travail.

Au travail, je n'aime pas mal faire donc j'essayais de contenter tout le monde, sans froisser personne. Sauf que je m'y suis épuisée. Ce n'était ni le travail qui me fallait, ni l'environnement qui me fallait mais je tenais car changer de métier signifiait échec et ça, ce c'était pas permis.

Puis les soucis de santé sont arrivés et j'ai enfin pris la décision de tourner la page. Sauf que c'était trop tard. Le lendemain de l'arrêt de mon contrat, je suis tombée au fond du gouffre. Une descente que l'on vit seul même si l'on est très bien entouré. Le burn-out, la dépression ne se vit pas à plusieurs. Elle nous appartient et nous est propre.


Concernant les symptômes :

  • angoisses tous les 4 jours, je mettais 15 jours à m'en remettre d'une, donc fatigue constante,

  • anxiété généralisée,

  • réveil très (trop) matinal,

  • transit difficile,

  • pensées suicidaires,

  • perte de confiance en soi, je me sentais même plus légitime dans ma maladie,

  • difficulté à manger entrainant une perte de poids,

  • désociabilisation, incapacité d'être dans un groupe, surtout festif.


Je suis quelqu'un qui ne laisse pas les situations s'éterniser donc j'ai cherché à comprendre très rapidement. J'ai vu un hypnothérapeute et une psychologue dans le mois qui suivait la chute.

Avant de commencer ma formation de naturopathe, car je ne m'en sentais pas capable, on m'a placé sous un anti-dépresseur (Inhibiteur Sélectif de la Recapture de la Sérotonine) pendant 5 mois. Une béquille qui m'a sauvé la vie afin de rebondir et mieux gérer ce changement de vie car je n'avais pas encore les outils naturopathiques nécessaires pour m'en sortir sans aide médicamenteuse.


• Le processus physiologique •


• Il faut savoir qu'il existe des déficiences physiologiques dues à l'alimentation entrainant des troubles fonctionnels de l'organisme. On peut noter : les carences alimentaires, la perméabilité intestinale, l'inflammation, l'acidose, soucis de fabrication des neurotransmetteurs par carence d'enzymes ...


• Si un stress dure moins de 2 semaines le corps met en place une réaction d'adaptation qui lui permet de rééquilibrer l'organisme. Mais si le stress dure plus de 2 semaines, il s'ancre physiologiquement et psychologiquement entrainant un trouble de l'adaptation : anxiété, insomnie, déprime, tension motrice, trouble de la vigilance ... puis une dépression dopaminergique (perte de motivation) puis le burn-out.


• Le schéma ci-dessus, représente ce qu'il se passe dans l'organisme. Ce mécanisme est dans la pratique bien plus complexe et la temporalité n'est pas aussi prévisible. Toute prise en charge de la maladie doit être au sein d'un accompagnement thérapeutique encadré.


  • En phase d'alarme : la diminution rapide de la dopamine va entraîner une vulnérabilité au stress tandis que la noradrénaline et l'adrénaline vont augmenter la vigilance et mettre le corps en position de fuite ou de combat.

  • En phase de résistance : si le stress perdure (plus de 2 semaines), la noradrénaline continue d'augmenter entrainant l'augmentation du cortisol créant une anxiété généralisée. La sécrétion de sérotonine essaye de nous permettre de prendre du recul mais elle s'épuise vite entrainant / accélérant un stress supplémentaire. La chute de la dopamine entraine une chute de la motivation et donc du mouvement.

  • En phase d'épuisement : elle arrive quand le stress dure plusieurs mois et le stress devient pathologique. Dans un premier temps, une augmentation du cortisol empêche la dopamine et la sérotonine de jouer leur rôle amenant un trouble de l'immunité (maladies chroniques) et de l'insuline (prise de poids), c'est le Burn-in. Puis le cortisol chute, entrainant la diminution de tous les neurotransmetteurs en plus du Magnésium qui a été complètement utilisé, c'est le Burn-out : un épuisement physique et psychique.


• Une autre vision de la dépression •

De mon point de vue, le burn-out est un message violent qu'envoi le corps pour nous dire "tu n'es pas sur ta voie, il est temps que tu t'arrêtes". N'en pouvant plus, il nous met au repos forcé !


Tout le monde n'a pas envie de le voir de cette manière, souvent les individus ne comprennent pas ce qui leur arrive et pourquoi. Le lien de cause à effet est complètement occulté. Actuellement, beaucoup de burn-out et de dépressions sont des conséquences de manières de vivre qui ne sont pas en adéquation avec un individu. Cela peut être un moyen de fuir des problématiques à la maison, de ne pas oser quitter son emploi, se sentir dans une impasse ou aucune issue n'est possible.


Les raisons sont multiples mais l'objectif est le même : le corps nous oblige à nous arrêter pour faire un constat et utiliser cet arrêt pour agir positivement sur notre vie. C'est comme un reset que l'on attend pas mais qui nous pend au nez. Il est évident que beaucoup d'entre nous ne se rendent pas compte de ce message que le corps nous envoie. Les individus sont déconnectés de leurs corps, de leurs intuitions et de leurs bon sens naturel et vital. C'est pourquoi, le naturopathe mettra vraiment en avant ce retour au corps afin d'amener une reconnection à soi afin de s'écouter enfin.


Profitez, je sais que c'est un mot compliqué à entendre lorsque nous sommes dans ces moments là mais il est approprié, de cette opportunité là pour faire un bilan de votre vie, de votre environnement, de vos relations, de vos aspirations et demandez-vous si vous vous sentez à votre place.


Si vous n'avez pas la réponse ou si la réponse est non ou si vous vous dites qu'il s'agit d'une accumulation, d'une grosse fatigue, remettez en question les aspects dérangeants / négatifs de votre vie. Soyez honnête envers vous-mêmes, ne faites pas semblant, soyez vous-mêmes et dressez le tableau de tout ce que vous aimeriez changer. Cela peut-être flippant mais dites-vous qu'il n'y a aucune obligation de changements immédiat et que TOUT EST POSSIBLE.


De nos jours le temps est un luxe que le cerveau, lors d'un état dépressif, nous oblige à prendre. Alors autant en avoir pour son argent !


Vous êtes votre propre force de changement, servez-vous de ce pouvoir pour peindre votre avenir idéal. N'attendez pas des autres qu'ils changent votre vie, vous seul pouvez le faire !


• Des solutions concrètes •

La dépression doit être accompagnée de manière globale et sur plusieurs aspects :


Psychologique :

  • accompagnement thérapeutique en TTC (thérapie comportementale et cognitive) par un psychologue : ce process est très adapté aux dépressions avec un temps de "rétablissement" rapide.

  • rencontrer un coach de vie pro et/ou professionnel : par le jeu et la mise en situation le coach vous aidera à vous projeter dans les changements positifs que vous souhaitez mettre en place.

Physique :

  • hatha yoga : revenir au corps par la respiration et des enchainements profonds.

  • sport : même si le corps vous envoie des messages de fatigue, il est important de mettre le corps en mouvement pour justement éviter de trop stagner dans cet état d'être désagréable. De plus, le sport quel qu'il soit est un exutoire et permet de penser à autre chose pendant la pratique : marche, course, sport en salle, piscine, art martial, ...

  • exercice respiratoire : méditation, sophrologie, cohérence cardiaque.

Alimentaire :

Mise en place avec un Naturopathe :

  • d'un rééquilibrage alimentaire adapté à l'individu,

  • apport d'éléments énergétiques et essentiels pour l'organisme en période de grande fatigue et d'affaiblissement de l'organisme,

  • détoxination de l'organisme,

  • tout autre moyen à mettre en place selon l'individu.

Énergétique : un nettoyage énergétique permet de libérer une personne d'énergies négatives qu'elle a pu emmagasiner au près d'objets, de personnes, suite à des évènements perturbants ou dans des endroits.


• Des vidéos à regarder et partager •

Psykocouac a réalisé des vidéos très funs et décomplexées sur la dépression. À regarder et surtout à partager à votre entourage s'ils ne comprennent pas ce que vous vivez :

https://www.youtube.com/watch?v=fbbM33WvcXs&feature=youtu.be

https://www.youtube.com/watch?v=EO8HoWdY9Ms&feature=youtu.be


Psykocouac explique ce qu'est le trouble panique ou communément appelé "crise d'angoisse" et le trouble anxieux généralisé :

https://www.youtube.com/watch?v=Wc9_bvCcKRA&feature=youtu.be

https://www.youtube.com/watch?v=rKCpxuliYdM&t=18s

0 vue

Camille Aureilhan

Naturopathe à Toulouse, Garidech et Consultation à distance

07.​49.12.55.47
camille-holisaia@protonmail.com

N° SIRET 799 763 644 00033

Mentions légales

  • Black Facebook Icon
  • Holisaïa Instagram